Des engourdissements répétitifs pourraient être dus à la migraine

Des engourdissements répétitifs pourraient être dus à la migraine

Est-ce qu'une migraine peut causer des engourdissements de façon isolée, sporadique et répétitive? Pour répondre à cette question, il faut savoir que la crise migraineuse peut se présenter avec ou sans aura. Une aura est une manifestation neurologique passagère précurseure à la céphalée migraineuse, c'est-à-dire la mal de tête accompagnant généralement une migraine. Par définition, l'aura est transitoire et complètement réversible. Le plus souvent, l'aura est ophtalmique, présentant des flashs lumineux, une vision déformée, par exemple tel qu'un kaléidoscope. Toutefois, l'aura peut également être motrice, présentant par exemple une paralysie du membre supérieur, ou des difficultés à parler. Enfin, l'aura peut aussi être sensitive, se manifestanst alors le plus souvent par des paresthsies, ou engourdissements.

Il est également bien connu qu'une crise migraineuse peut parfois présenter une aura mais sans la céhalée qui la suit généralement. À noter que selon la classification de l'International Headache Society (IHS), l'aura typique sans céphalée ne présente pas de composante motrice1. Le plus souvent, les gens souffrants d'aura typique sans céphalée ont tout d'abord souffert de migraine avec aura mais dont la composante douloureuse s'est dissipée graduellement avec le temps, pour ainsi faire place à l'aura typique sans céphalée. Toutefois, il semblerait qu'à l'occasion certaines personnes peuvent présenter directement des auras typiques sans céphalée, sans préalable.

Ainsi, il est effectivement possible que certaines personnes souffrent de paresthésies récidivantes consécutives à une crise migraineuse sans présenter de céphalée. Par définition, l'aura, et donc les paresthésies, doit présenter une durée de 5 à 60 minutes. Évidemment, toute autre cause doit avoir été éliminée. Pour le vérifier, une étude2 a eu comme objectif de donner de la médication antimigraineuse à dix personnes dont les paresthésies des membres supérieurs correspondaient aux critères d'aura typique sans céphalée tels que décrits par l'IHS. Il s'avère que les dix sujets d'étude ont eu une réponse favorable à la médication.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués*