Changements morphologiques de la région lombaire

Changements morphologiques de la région lombaire

Les variations anatomiques de la région lombaire sont bien connues. Et elles sont relativement fréquentes. En premier lieu il peut y avoir lombarisation, c'est-à-dire que le sacrum ne se soude pas dans son entièreté et donne lieu à une vertèbre lombaire supplémentaire. Enfin, il peut y avoir sacralisation, c'est-à-dire que la dernière vertèbre lombaire se soude au sacrum, donnant lieu à 4 vertèbres au lieu de 5. Généralement, pour déterminer la présence de ces variations anatomiques, on procède à une radiographie de la région lombaire. On vérifie alors l'endroit où les dernières côtes se situent afin de déterminer la 12ième vertèbre thoracique. Sachant que la vertèbre situé sous la 12ième thoracique est la 1ère lombaire, il est alors possible de faire le décompte des vertèbres lombaires. Une étude récente des variations anatomiques lombaires a démontré une prévalence d'environ 6% et 3% pour les cas de lombarisation et sacralisation, respectivement1.

Toutefois, il s'avère qu'une autre variation anatomique soit fréquente: la présence de côtes lombaires. Comme le nom le suggère, ce sont des côtes surnuméraires au niveau des vertèbres lombaires. La même étude a démontré que près de 80% des personnes avec lombarisation sont également porteur de côtes lombaires. Ceci est très important à savoir puisque la méthode usuelle afin de débuter le décompte des vertèbres lombaires prend pour acquis que les côtes sont d'une configuration normale. La résultante est que régulièrement des lombarisations sont probablement manquées. L'étude actuelle ne fait pas partie de ce nombre puisque les radiographies ont été effectuées à partir de la tête afin de s'assurer d'un décompte optimal des vertèbres. 

Quoiqu'il soit controversé qu'une lombarisation ou sacralisation soit contributrice à des symptômes lombaires2, il demeure parfois important de connaître la présence de cette variation anatomique. En effet, si une vertèbre additionelle est complètement formée, avec un disque intervertébral et articulations facettaires, il est alors possible qu'elle présente une dysfonction, à même titre que n'importe quelle autre vertèbre. Ceci prend tout son sens lorsque l'on sait qu'il n'est pas d'usage de tenter de déterminer par palpation si un patient est porteur ou non d'une de ces variations anatomiques.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués*