L'acupuncture... efficace contre les céphalées?

Vous êtes ici

L'acupuncture... efficace contre les céphalées?

Bon... je vais tenter de vous faire un résumé de mes connaissances en ce qui concerne l'acupuncture. Sujet pas très facile malgré les 3000 études réalisées traitant de l'efficacité de cette médecine alternative. Un si grand nombre d'étude est en fait le reflet d'une certaine incertitude quant à son efficacité. En effet, l'acupuncture est encore sujet de controverses dans les études sur le sujet et sur différents blogues médicaux.

Il faut savoir que quoique l'acupuncture soit généralement présentée comme une médecine pratiquée en orient depuis près d'un millénaire, elle était en réalité en perte d'intérêt graduelle jusqu'à ce que l'empereur de Chine, Dao Guang, en 1922 suggère d'en bannir l'utilisation. Elle a toutefois continuée à être utilisée, mais de façon plutôt modeste. Son regain d'intérêt fait suite à un article paru dans le New York Times, où un journaliste y décrit son expérience favorable quant à l'utilisation de l'acupuncture pour des douleurs post-opératoires. La visite en Chine du président américain Nixon l'année suivante n'a qu'ajouté à l'engouement pour la culture et la médecine chinoise.

En 2012, le réputé journal médical Anesthesia & Anelgesia a publié un article qui qualifie l'acupunture d'effet placebo théâtral1. On y lit que si l'acupuncture présente un bénéfice, ce dernier n'est que marginal et non cliniquement significatif.

Par ailleurs, lorsqu'on regarde la quantité importante de points d'acupuncture et le nombre impressionnant de combinaisons possibles de ces points d'acupuncture, surtout que finalement cette médecine n'a pas été aussi utilisée qu'on pourrait le croire, il devient difficile de croire que toutes ces combinaisons ont été rigoureusement testées. Bref, les effets proposés pour différents points d'acupunture, ou de combinaisons de différents points d'acupuncture, via les différents méridiens classiquement décrits, semblent être plus du domaine de la pseudoscience que de la science.

Malgré cela, je crois tout de même que l'acupuncture peut apporter des bienfaits dans certaines conditions. Les revues de la littérature Cochrane sont reconnues pour leur très grande rigueur et transparence. Pour le bénéfice de tous, un chercheur s'est donné la peine de publier un article dans lequel il résume les résultats de plusieurs études Cochrane sur l'efficacité de l'acupuncture appliquée à divers problèmes douloureux2. Ainsi, un effet positif a été démontré pour les migraines, céphalées de tension et problèmes musculosquelettiques au niveau de la région cervicale. Toutefois, l'effet ne s'est pas révélé concluant pour la région lombaire ainsi que les douleurs à l'épaule et à l'épicondyle. 

Il s'avère que la région cervicale et de la tête présente régulièrement un haut niveau de tensions musculaires, notamment lorsqu'il y a problématique de la mâchoire associée avec ce que l'on appelle un syndrome myofascial. Bref, je crois que l'acupuncture agit probablement directement sur les muscles où les aiguilles sont appliquées. D'ailleurs, une récente revue systématique de la littérature semble démontrer un effet favorable lorsque l'acupuncture est dirigée vers des points de tension musculaires, communément appelés points gachettes, ou trigger points3.

Quels pourraient alors être les mécanismes en jeu? Une étude récente a enfin permis de mettre en évidence un mécanisme plausible. En effet, les chercheurs ont démontré que l'insertion d'aiguilles induit une augmentation spectaculaire de certaines molécules anti-douleur dans les tissus environnants4

Bref, je crois que l'acupuncture représente une approche thérapeutique intéressante à considérer dans les problèmes de douleur à la tête, particulièrement lorsque des tensions musculaires importantes et persistantes sont présentes. Je crois également qu'un traitement orienté vers la correction des facteurs de risque musculosquelettiques est nécessaire pour diminuer l'apport de ces dysfonctions aux tensions musculaires, en plus d'une gestion adéquate du stress, bruxisme, ainsi qu'une optimisation du sommeil et traitement pharmacologique si approprié. Pour les liens entre le sommeil et la douleur, je vous invite à consulter mon article sur le sujet en suivant le lien ci-haut.

Commentaires (1)

Portrait de physiotek
physiotek
a dit:
Dre Leroux, neurologue, a publié un article d'intérêt sur l'acupuncture, partageant son point de vue sur la question. Suivez le lien suivant pour consulter l'article: http://migrainequebec.com/index.php/128-publications-publiques/blogue-de-dr-leroux/303-l-acupuncture-pour-les-migraines-plus-efficace-que-ce-qu-on-croit

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués*




À Propos de l'auteur


ERIC ROUSSEAU

EricPhysiothérapeute depuis 16 ans, Eric s'est tout d'abord spécialisé en thérapie manuelle. Il a acquis une solide expérience en douleurs musculo-squelettiques de toutes sortes. Par ailleurs, il détient les attestations de son Ordre Professionnel afin de pouvoir prodiguer des manipulations périphériques et vertébrales, en toute sécurité. Depuis quelques années, il a décidé d'orienter la plupart de ses lectures et formations continues vers l'évaluation et le traitement des céphalées, des problèmes temporo-mandibulaires, et autres douleurs faciales et à la tête. D'ailleurs, Eric a débuté une formation spécialisée d’envergure internationale, donnée par le Cranio Facial Therapy Academy (CRAFTA). Cette formation basée sur les évidences scientifiques est ouverte aux physiothérapeutes, dentistes et orthophonistes. Elle représente le consensus de plusieurs sommités, et intègre de façon avant-gardiste diverses sphères touchant l’évaluation et le traitement de cette zone complexe. Ceci permet évidemment d’avoir une compréhension approfondie des différentes problématiques douloureuses et de mieux comprendre les interrelations entre la région cervicale, l’articulation temporo-mandibulaire, les os du crâne, ainsi que les structures nerveuses faisant le pont entre toutes ces différentes régions anatomiques, trop souvent considérées de façon isolées, tout en ayant un regard sur la déglutition, les parafonctions et l’occlusion, notamment. Eric participe également à des projets de recherche dont les résultats sont publiés dans des journaux avec revue par les pairs sur le sujet du syndrome d’apnées obstructives du sommeil. Ceci lui permet notamment de mieux comprendre les liens complexes entre douleur, sommeil, morphologie cranio-faciale ainsi que physiologie des voies aériennes supérieures.

Pour plus de détails sur le cheminement de Eric, veuillez consulter son curriculum.